Comme un okay

[Couplet 1]

J’ai pris tant de cours dans le film de la vie et choisis
Le réel. Entre le jour et la nuit j’ai grandi
Dans les ruelles qui ont compté des cervelles
Remplies de rêves. Des pères, des mères ont toujours des cantiques
Dans le duel, ce sont mes témoins oculaires
On dit que le meilleur il faut le garder pour la fin, tant pis
Faites la fête pour les quartiers populaires, j’arrive
Avec ma donne, j’explique, je fais la bonne, j’active
Toutes les têtes, pas de réplique, pas de guerre, compris?
Je fou le maxi pour le passif et tu peux compter
Pas de laxisme. Expressif, je plaque des accords
Même le daron veut bien écouter
Pas de narcissisme. Expansif. Traques mes accords
Même le taré peut me fréquenter
J’suis massif et carré, tous les gars effarés pourraient parler
Car le pari reste lancé, je vais vous préparer
Trop de « va suit l’effet tempête »
Trop d’images prennent la poudre d’escampette
Oh Diglo vas y mets tes gangs, pètes le record
A ta magie tes rimes compètent
Ça fait okay

[Refrain]

J’suis d’humeur positive comme un okay
Y a la pression et ça monte comme un okay
J’ai la rue d’hier et d’odij comme un okay
Okay, okay, okay
J’suis d’humeur positive comme un okay
Y a la pression et ça monte comme un okay
J’en place une pour les durs comme un okay
Okay, okay, okay

[Couplet 2]

Allons, j’ai pas à me soucier de l’histoire ouais c’est moi qui la fait
Le vrai associé qu’on puisse croire ouais au cœur de l’affaire
Pas besoin d’être à la page je fais ma route tous les jours
Chaque jour est une vie car jamais pareil
Comme Dre je fais mon beat, vas y prête l’oreille
J’attends pas que le biz paie mais l’oseille m’éveille
Des fois je veille, des fois une belle inspiration me réveille
Tous mes vers viennent telle une vive troupe d’abeilles
Et si tu trouves ma rime mystérieuse eh bien
C’est toute ma vie qui de façon sérieuse l’est
D’ailleurs les neuf muses me quittent pas
Elles je les aime. Polymnie, uranie, Calliope, Euterpe
Clio, Erato, Terpsichore, Thalie, Melpomène
Rap valeur man, on reste amène
Par les dires des uns la route est rude, moi j’y vais quand même

Par les rires, pleurs et critiques, voies ce qui s’amène
Homme dur comme un roc, je peints les murs de mon époque
Pas de stups ou de drogue
Homme dur comme un roc, dur comme un roc
Je peins les murs de mon époque, la musique est ma drogue

[Refrain]

(…)

* Ecrite et composée par Uriel Sheran Mouyembe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s